Maisons & Bois, le site et le forum N°1 de la construction de votre maison en bois et maison positive

Vous êtes ici > Les archives de Maisons & Bois > Guide pratique de la maison positive > N°02

Les archives de Maisons & Bois

Guide pratique de la maison positive
N°02 

Le soleil brille ! Haut et fort en cette saison ! Et l’utilisation de cette énergie généreuse est un processus qui semble maintenant bien engagé. Qu’on en juge : 50000 chauffe-eaux solaires sont installés par an en France. Ils couvrent jusqu’à 50 % des besoins dans le Nord, 75 % dans le Sud. Avec les nouvelles réglementations, pas une construction neuve n’y échappera. On parle désormais d’enveloppe “active” du bâtiment, et l’on prédit la fin des toitures “inertes”, sans équipe ment solaire. Pas d’émnation polluante, pas plus de nuisance esthétique qu’une cheminée sur un toit, pas d’impact visuel équivalant à l’éolien, pas de soucis d’approvisionnement comme avec la biomasse. Le solaire -thermique et photovoltaïqueest vraiment une énergie consensuelle !

Air frais

Mais l’ensoleillement génère aussi ses contraintes : par forte chaleur estivale, les américains consacrent plus de 40 % des dépenses énergétiques du pays à faire tourner leurs climatisations ! L’épisode douloureux de la canicule, en 2003, a permis de se rendre compte que l’architecture de nos maisons et de nos immeubles était un appel à la surchauffe : des parois entières de verre, des baies mal orientées, aucune protection solaire, des isolations thermiques trop faibles, des ventilations naturelles insuffisantes… La climatisation, avec les dépenses énergétiques qu’elle induit, ne doit pas rester la seule réponse. Il existe de nombreuses alternatives, mises en pratique depuis des siècles dans les pays chauds qui permettent de protéger, isoler et rafraîchir nos demeures à bien meilleur compte et de façon tout aussi efficace. L’implantation sur le terrain, l’emplacement des fenêtres, le rôle de la végétation, les protections fixes et amovibles, les systèmes simples de rafraîchissement… Autant de solutions évoquées dans ce magazine.

Thermographie

Près de 80 % des maisons françaises sont chauffées avec l’équivalent d’une fenêtre grande ouverte toute l’année ! Les défauts d’étanchéité à l’air sont un mal insidieux, diffus et invisible qui génèrent un gaspillage de chauffage énorme, de 5 à 20 kW par m2 par an. Alors que de plus en plus de grandes villes font établir une cartographie thermique aérienne pour localiser l’ampleur de ces pertes, il existe désormais des appareils de test - blower door et caméra thermique - et des spécialistes de la détection de ces fuites. Les méthodes et les résultats sont édifiants ! Colmater ces défauts d’étanchéité est une opération très efficace. Néanmoins, dans le processus complet d’une construction, la nécessité d’une parfaite étanchéité à l’air implique une profonde réorganisation des méthodes de travail des différents corps d’état. Et là, le chemin sera long et compliqué…

La bonification des droits à construire

Paru au Journal Officiel du 15 mai 2007, ce décret passerait presque inaperçu et pourtant… Il autorise un dépassement du Coefficient d’Occupation des Sols jusqu’à 20 %, grâce aux énergies renouvelables. Tout juste sortis de la rédaction de leurs Plans Locaux d’Urbanisme (PLU, en remplacement des POS), les commissions d’urbanisme des communes se trouvent confrontées à ce décret qui met à mal les COS. Ces derniers déterminent la densité maximale de m2 de surface hors d’oeuvre nette (SHON) autorisée par m2 de sol. Or, une simple décision du Conseil Municipal suffit à entériner ces autorisations de dépassement jusqu’à 20 %, quel que soit l’usage du bâti ment, résidentiel, bureau, commerce ou industrie, pour la construction neuve comme pour les extensions.

Conditions

Ce dépassement est autorisé pour les maisons individuelles si elles répondent à différents critères. Les conditions à satisfaire sont : Une consommation d’énergie inférieure à 20 % à la consommation conventionnelle de référence et l’une des quatre conditions suivantes :

- un chauffage par un générateur à biomasse pour au moins 50 % de la consommation de chauffage

- des panneaux photovoltaïques produisant plus de 25 kWh/m2 de Shon en énergie primaire ou d’une surface supérieure ou égale à 10 % de le Shon.

- un chauffe-eau solaire assurant plus de 50 % de la consommation ou supérieur à 3 m2 par logement.

- une pompe à chaleur (une annexe fixe le Coefficient de Performance Annuel exigé par type d’appareil).
Le demandeur doit fournir un engagement d’installation des équipements et le diagnostic de performance énergétique certifié par un organisme agrée. Le dépassement est aussi autorisé dans le cadre d’extensions d’un logement existant. Les critères sont un peu différents puisqu’ils imposent d’isoler les planchers hauts sous combles perdus du bâtiment et de son extension pour atteindre une résistance thermique supérieure à 5 kW/m2, puis de répondre à l’une des quatre conditions nécessaires pour les constructions neuves. Avec un engagement de travaux et une certification de diagnostic par un professionnel habilité.

Positif !

Nous remercions vivement tous les lecteurs du premier numéro du “Guide Pratique de la Maison Positive”. L’accueil que vous nous avez réservé est un bel encouragement pour continuer à décrypter, ensemble, les enjeux de l’habitat durable. Merci !
Christophe Faure

Commandez ce numéro

Éthique

« Le bois est une introduction à un concept plus global. Il pousse à aller plus loin vers le bio-climatisme, les économies d’énergie et l’utilisation de ressources renouvelables ». Ainsi parle Romuald Marlin, l’architecte qui démontre au quotidien l’énorme potentiel d’une utilisation rationnelle de l’environnement. Impressionnant !

Photos : Jean-Marc Blache


Bilan énergétique d’une maison basse consommation

Il y a quelques mois, cette maison* sortait tout juste de terre. Il était alors question des choix techniques proposés par l’association de deux acteurs orientés vers l’habitat sain et le développement durable. Après une période de fonctionnement, un premier bilan a été dressé.

Texte : Jean-Marc Blache


Diagnostic d’étanchéité à l’air : Ca fait mal !

Vous avez des notes de chauffage élevées, des sensations de courant d’air, des pans de murs toujours froids, une impression d’humidité, des phénomènes de condensation, une VMC au fonctionnement chaotique ? Votre logement vous semble correctement isolé, vos fenêtres sont bien fermées, et pourtant… Sans le savoir, vous vivez avec l’équivalent d’une fenêtre ouverte toute l’année, comme dans près de 80 % des maisons en France !


LA POMPE À CHALEUR : La mécanique des fluides

Au centre du chauffage thermodynamique on oublie souvent d’expliquer le rôle principal de la pompe à chaleur et son fonctionnement. Pourtant c’est bien elle qui capte les calories contenues dans l’eau, l’air et le sol pour les restituer sous forme de chaleur au coeur du foyer.


Chauffer sa piscine

La piscine est l’un des aménagements de la maison qui procure le plus de plaisirs pour la famille. Mais ces moments de bonheur partagés ont un coût en investissement et en fonctionnement qui s’avère très élevé si on considère les quelques semaines d’usage estival. Il est donc bien tentant de prolonger la saison jusqu’à quatre mois au Nord, et jusqu’à huit mois dans le Sud, grâce à un chauffage approprié. Tour d’horizon des différentes solutions.


Et la lumière fut !

Dans son discours de clôture du Grenelle de l’environnement, Nicolas Sarkozy a annoncé l’interdiction à la vente, dès 2010, des ampoules à incandescence, très voraces en énergie. D’autres solutions d’éclairage à basse consommation ont vu le jour ces dernières années, au bénéfice de notre portefeuille, une fois n’est pas coutume  ! Tour d’horizon.

boutique

Commandez en toute sécurité via Paypal/CB les anciens numéros, nos packs, etc...