Maisons & Bois, le site et le forum N°1 de la construction de votre maison en bois et maison positive

Vous êtes ici > Les archives de Maisons & Bois > Maisons & Bois International > N°43

Les archives de Maisons & Bois

Maisons & Bois International
N°43 (Septembre - Octobre 2001)

Devant l’ignorance de certaines communes, il y a quelques années, l’obtention du permis de construire pour une maison en bois relevait du parcours du combattant. Beaucoup de progrès ont été faits en la matière, mais quelques refus nous ont encore récemment été signalés. Il convient donc de rappeler la réglementation en vigueur : Extrait du Journal Officiel du 18 octobre 1999. "M. Jacques Godfrain attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur l’utilité d’alerter les communes en matière d’utilisation de matériaux de constructions. En effet, selon une réponse ministérielle à une question du Sénat du 8 novembre 1984, il est précisé que ni le POS, ni les permis de construire ne sont autorisés à imposer la nature du matériau ou sa composition. Aussi, devant l’attitude de certaines communes qui interdisent l’usage du bois dans une construction, il lui demande ce qu’il envisage pour rappeler à ces collectivités locales que ces décisions sont illégales et doivent être supprimées à l’occasion d’une modification ou d’une révision du POS par les communes ou leurs groupements. Question transmise à M. le secrétaire d’Etat au Logement." Réponse : L’article L 124.1 du code de l’urbanisme prévoit notamment, que les POS peuvent déterminer les règles concernant l’aspect extérieur des constructions. Ils peuvent ainsi réglementer l’aspect des matériaux. Le permis de construire vérifie le respect des règles applicables à l’aspect des constructions, mais ne peut être refusé en raison de la nature même des constructions, ou comporter des prescriptions concernant celle-ci. Dans ces conditions, les services de l’Etat associés à l’élaboration ou à la révision des POS, conformément à l’article R123.4 et suivants du code de l’urbanisme, interviendront pour empêcher l’introduction dans le POS de dispositions relatives à la nature des matériaux. Par ailleurs, il convient de noter que la loi N°96-1236 du 30 décembre 1996 sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie, prévoit, en son article 21 V que pour répondre aux objectifs de la présente loi, un décret en Conseil d’Etat fixe les conditions dans lesquelles certaines constructions nouvelles devront comporter une quantité minimale de matériaux en bois. Ce décret est en préparation.

Christophe Faure

Commandez ce numéro

Architecture

Construite pour l’éternité

La technique ne date pas de la dernière pluie ! C’est vers le dixième siècle avant J.C. qu’apparaissent les premières maisons en bois couchés. Exportée par les pionniers vers le Nouveau Monde, puis oubliée dans le Sud de l’Europe, la fuste, tel le phénix, renaît depuis peu de ses cendres. Thierry Houdart, maître fustier passionné, est l’un des acteurs de ce nouvel envol.

Photos : Philippe Saharoff
Texte : Sabine Grange


Architecture

Spécialiste en lieu de vie

Sur une des nombreuses dunes autour du golf de Seignosse se loge une maison de vacances ouverte aux quatre vents. Pensée par l’architecte François Gassan comme une cure de jouvence pour la famille, elle compose des espaces de vie faciles à vivre et adaptés à chaque individu.

Photos : Patrick Eoche
Texte : Isabelle Bronner


Architecture

Aspirations contrastées

La région est plutôt connue pour ses vieilles pierres, mais les propriétaires lui ont préféré la chaleur du bois, le fonctionnel et la luminosité d’une construction contemporaine, la sagesse d’un charpentier et le talent d’un jeune architecte.

Photographe : Eric Brenckle
Texte : Sabine Grange


Architecture

Effet de serre

Qui eut cru que cette ancienne petite usine désaffectée aux portes de la capitale servirait un jour de décor publicitaire et offrirait à ses habitants un cadre si agréablement bucolique ? Certainement pas l’entourage des propriétaires, invité pour une soirée avant travaux, ni le chauffagiste retraité qui cédait son atelier, resté en l’état depuis la cessation d’activité.

Photos : Christine Besson
Texte : Sabine Grange


Architecture

Le style Shaker : Simplicité et sobriété

Non ! Cette maison n’est pas au cur de l’Amérique, ni dans la verdoyante campagne anglaise. Sur un coteau des monts du lyonnais, elle domine la capitale des Gaules dans un style d’une simplicité peu commune, pour un budget tout aussi sobre.

Reportage : J. M. Blache


Architecture

Le long de la Villaine

Le propriétaire rêvait d’une maison de paille et d’argile, d’une chambre avec vue et de tranquillité. Le climat et le marché de la construction breton en ont décidé autrement. L’argile fut remplacée par le bois, la paille par le chanvre. Quant au cadre, il offre sans aucun doute beaucoup plus de poésie que le petit appartement parisien...

Photos : S. Bigot /Andia
Texte : Sabine Grange


Architecture

Sous les pins

C’est au coeur d’une jolie pinède, en deuxième ligne de la jetée du Cap-Ferret sans vue directe mais sur un terrain agréablement ombragé, que ce couple de médecins a choisi d ?implanter sa résidence secondaire voilà une dizaine d’années. Partagé depuis lors entre leur résidence principale en zone urbaine et la villa du Cap, le couple entretient le ferme espoir d’y séjourner un jour à plein temps.

Photos : Serge Dubrocas
Texte : Sabine Grange


Architecture

Bulle de bois

Une toiture en zinc aperçue dans le voisinage, un salon télé à l’étage vu chez des amis, du bois familial en stock, une sainte horreur des ouvertures de toit, une passion pour le bricolage et la moto, une envie de bois et le savoir-faire de deux architectes ont donné corps à la cette jolie bretonne.

Photos : JP Roze/ Andia
Texte : Sabine Grange


Bardage

Caméléon par essence

Le bardage est un habillage extérieur, indépendant de la structure porteuse qu’il protège. Le plus souvent mis en oeuvre pour recouvrir une ossature bois, on le trouve désormais volontiers prescrit dans le cadre d’extension ou de réhabilitation, voire même pour de la construction traditionnelle. Urbain, montagnard ou balnéaire, le bardage change facilement de peau. Caméléon par essence, il adopte aussi bien les tenues camouflage que les couleurs les plus tendance, selon que le prescripteur souhaite intégrer le bâti au milieu ou au contraire appuyer son écriture architecturale.

Par Sabine Grange

boutique

Commandez en toute sécurité via Paypal/CB les anciens numéros, nos packs, etc...